vendredi, 03 mars 2017 22:23 Écrit par  Buhaga Paul

Distribution des armes dans la commune de Ntahangwa, en mairie de Bujumbura.

    Depuis la période des grandes manifestations contre le troisième mandat illégal et illégitime de Pierre Nkurunziza en Avril 2015, des armes ont été massivement distribuées dans toutes les communes du pays par les agents du service de renseignement(SNR) aux miliciens Imbonerakure du parti au pouvoir. La commune de Ntahangwa en mairie de Bujumbura a été parmi les mieux servies.
    Acctuellement , des miliciens Imbonerakure effectuent des patrouilles nocturnes en tenue militaire et armés de fusils dans les quartiers Buterere 2 et Kiyange. Ils en profitent pour piller ménages et boutiques. Parmi ces miliciens du CNDD-FDD vus avec les armes, certains ont été identifiés par la population. Il s’agit notamment de :

    1. Ndikumana Adelin, chef de quartier de Mutakura. Après avoir fui vers Kamengue , il vient de regagner dernièrement le quartier. C’est lui qui indique aux agents du service de renseignement les personnes à arrêter et/ou à tuer.
    2. Nduwayo de Buterere
    3. Mando du quartier Kabusa
    4. Gaspard du site de Kiyange II. Il est actuellement enseignant en 6ème année de l’Ecole Fondamentale.
    5. Mwarabu du quartier Kabusa
    6. Mashinge du quartier Kabusa
    7. Rubunda de Kiyange II
    8. Mvuyekure Alexandre de Buterere I
    9. Nzigura Evariste de ButerereI
    10. Nzigidashira Vénérand du quartier Kabusa
    11. Nzirubusa Claver de Buterere I
    12. Désiré de la cellule Kubumwe
    13. Omar du quartier Kabusa II. Il serait responsable directement ou indirectement de plusieurs assassinats.
    14. Niyondiko Mertus de la commune Mugamba. Bien que non résidant de la mairie de Bujumbura, il a reçu son fusil dans la commune de Buterere.
    15. Arakaza de Kiyange II
    16. Sinda Musa de Kiyange I
    17. Samuela de Kiyange I
    18. Gaciyubwenge de Kiyange I
    19. Vianney de Nyarumanga
    20. Ngenzi Ernest de Nyarumanga.

    Certains parmi ces miliciens ont rendu les armes qu’ils avaient reçues du SNR, mais nombreux les gardent toujours.
    Si la distribution des armes aux miliciens du CNDD-FDD est aussi importante dans quelques quartiers de la ville de Bujumbura, il va de soi que son ampleur à l’échelle du pays fait froid dans le dos. Les milices ont été très souvent associées à de graves crimes contre l’humanité, aux massacres massifs et aux génocides. Sans la Jeunesse Révolutionnaire Rwagasore (la JRR), les massacres de 1972
    n’auraient probablement pas pris les allures d’un génocide, et sans les Interahamwe il est possible qu’on aurait pu éviter la catastrophe génocidaire au Rwanda en 1994. Le problème de retour de sécurité au Burundi qui occupe une place primordiale dans les discussions d’Arusha est indissociable à la question du désarmement de toutes les milices et en priorité la milice Imbonerakure du pouvoir CNDD-FDD. Ceux qui ont transformé nos jeunes compatriotes en robots à tuer devront assumer leur responsabilité devant l’histoire et devant la justice.



    Les dernières actus

    
    Nouvelles du Burundi
    Trois étudiants de l’Université du Burundi et deux de l’Ecole Normale Supérieure ENS ont été arrêtés le 16 mars 2017 et ont été ...
    En savoir plus
    Actualités internationales
    Par Pierre Boutry pour la France Insoumise : JLMélenchon répond aux questions du Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    Avant d'entrer dans le vif du sujet, permettez-moi de vous signaler les points sur lesquels notre article va s’articuler. Le texte va porter ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    Célébrée chaque année le 8 Mars sur le plan international, la Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les manifestations des ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    Depuis la période des grandes manifestations contre le troisième mandat illégal et illégitime de Pierre Nkurunziza en Avril 2015, des armes ont ...
    En savoir plus
    Prev Next