lundi, 06 avril 2015 20:18 Écrit par  Nzambimana Joli

Commémoration du 21e anniversaire de la mort du Président de la République Cyprien Ntaryamira ce 06 avril 2015

    A l'occasion de la commémoration du 21e anniversaire de la mort du Président Cyprien Ntaryamira, le dépôt des gerbes de fleurs à la tombe de l'ex Président de la République du Burundi a été marqué par des cris de joie d'un groupe de personnes du parti FNL, aile de Jacques Bigirimana et l'absence d'un message du président de la République malgré sa présence. C'était ce 6 avril 2015 dans les enceintes du palais du premier novembre où le président Ntaryamira a été inhumé à côté des autres héros de la démocratie dont le président Ndadaye Melchior.

    La population de Bujumbura est arrivée à l'heure pour assister aux cérémonies de dépôt des gerbes de fleurs. Les militaires qui assuraient la sécurité ont refusé à plusieurs personnes l'accès au lieu des festivités à l'exception de quelques messieurs cravatés en tenue de ville et des dames en tenue locale de fête « imvutano ». Ces derniers ont été systématiquement fouillés avant d'entrer.

    Après l'accueil du président Nkurunziza Pierre à 11h25, le maître des cérémonies a procédé à la lecture de la biographie du Président feu Ntaryamira Cyprien. Cette présentation de biographie a été suivie par le dépôt de gerbe de fleurs du Président de la République Pierre Nkurunziza sous les fanfares des militaires. La succession du dépôt des gerbes de fleurs a poursuivi dans l'ordre suivant : la Veuve de Cyprien Ntaryamira, la famille de Ciza Bernard, la famille de Simbizi Cyriaque, le représentant du corps diplomatique et consulaire accrédité à Bujumbura, un compagnon de lutte de Ntaryamira Cyprien, les représentants des partis politiques agréés.

    Les partis politiques agréés se sont succédés comme suit : CNDD-FDD, UPRONA, FRODABU-Nyakuri iragi rya Ndadaye, Sahwanya-FRODEBU, INKINZO, UPD-Zigamibanga, FNL aile de Jacques Miburo.
    Quand le parti FNL a été invité pour déposer la gerbe de fleurs un groupe d'hommes présents sur le lieu a fortement crié avec beaucoup joie, mais le reste de la population était ébahi et les regardait comme des gens anormaux, personne n'a saisi la portée et les raisons de cette expression de joie éclatante.

    Les cérémonies ont été clôturées vers 11h40 par le discours préenregistré du Président Ntaryamira Cyprien prononcé lors de son investiture le 05 février 1994. Aucune autre autorité, même, le président de la république présent sur le lieu, n'a adressé un message de circonstance à la population.

    Parmi les principales personnalités qui ont rehaussé ces cérémonies, nous avons pu identifier : Le Président de la République du Burundi, les Présidents de l'Assemblé Nationale et du Sénat, le premier et le deuxième Vices Présidents de la République, les parlementaires et les ministres, le maire de la ville de Bujumbura, les chefs des partis politiques et les ambassadeurs.

    Nous rappelons que la date de ce 6 avril 2015 correspondait au 21e anniversaire de la mort du Président Ntaryamira Cyprien. Le 6 avril 1994, soit deux mois à peine après son investiture, il a trouvé la mort au-dessus de l'aéroport de Kigali au Rwanda, suite à des tirs de missiles sur le Falcon 50 du Président Rwandais Juvénal Habyarimana, qui le ramenait de Dar es Salam où venait de se tenir un sommet sur la situation au Burundi. Ont trouvé la mort avec lui les ministres Bernard Ciza et Cyriaque Simbizi.
    Cet acte ignoble peut être juridiquement qualifié d'acte de terrorisme international1 étant donné que le Burundi n'était à ce moment là en guerre contre aucun pays ou, alternativement, de crime de guerre ou de crime contre l'humanité.

    Malheureusement, les différents gouvernements burundais qui se sont succédés depuis la mort de Ntaryamira jusqu'aujourd'hui n'ont initié aucune démarche en direction de l'ONU aux fins d'obtenir une enquête judiciaire internationale. De même, ils n'ont pas non plus effectué des démarches afin d'obtenir des indemnités pour les familles endeuillées auprès de l'assureur ou du Rwanda. Aucune initiative visant à consoler, défendre et protéger les veuves et orphelins n'a été prise, tout comme rien de remarquable n'a été fait pour honorer et garder en mémoire les disparus.

    Même le gouvernement burundais actuel se comporte comme si de rien n'était.
    Dès lors, gouvernement burundais devrait trouver des réponses aux questions importantes que le peuple burundais continue à se poser notamment :

    • le Peuple Burundais a-t-il oui non le droit de savoir qui a assassiné son président et ses ministres ?
    • le Burundi ne se couvre-t-il pas de honte et de déshonneur en restant passif face à un crime attentatoire à sa souveraineté, à son intégrité et sa dignité ?
    • Pourquoi le gouvernement burundais refuse-t-il d'initier une enquête internationale sur l'attentat tout en y participant activement ;
    • Face à cette attitude de passivité et d'amnésie volontaire, les burundais sont en droit de se demander si la souveraineté et la dignité nationales ont un sens pour ce gouvernement.

    Les dernières actus

    
    Actualités internationales
    Le parti CNDD vient d’apprendre l’invalidation de la dernière élection présidentielle du 8 août 2017 au Kenya par la Cour Suprême de ...
    En savoir plus
    Actualités internationales
    Déclaration de la Commission Afrique du Parti de Gauche Le Burundi connaît une crise sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir en 2005 ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    Barundi,Barundikazi,Bagumyabanga ba CNDD, Mu myaka ishira 1960, ni ho ibihugu vyinshi vya Afrika vyasubira guhabuza intahe yavyo yo kwikukira, vyari ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    Le Burundi célèbre ce 1er juillet 2017 son 55ème anniversaire d’indépendance. Comme ses prédécesseurs et autres dictateurs, le président ...
    En savoir plus
    Nouvelles du Burundi
    CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME Trente-cinquième session Dialogue interactif sur le Burundi Genève, le 14 juin 2017 Monsieur le Président, ...
    En savoir plus
    Prev Next