×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 993
samedi, 25 avril 2015 14:25 Écrit par 

DECLARATION SOLENNELLE DU PARTI CNDD PORTANT OPPOSITION A TOUTE ELECTION POLITIQUE DANS LES CONDITIONS ACTUELLES

Le parti CNDD, membre de la coalition ADC-IKIBIRI, indigné par la situation politique explosive et de terreur au Burundi à la veille des élections de mai 2015, porte à la connaissance de l'opinion nationale et internationale la déclaration solennelle ci-après :

I. LES FAITS

1. Depuis les élections de 2005, le parti CNDD-FDD s'est illustré comme une organisation violente, militariste ; déterminée à conquérir, conserver et exercer le pouvoir par la terreur et par la force. En 2005, ce sont les anciens rebelles démobilisés qui furent instrumentalisés pour terroriser les électeurs. En 2010, tous les organes d'Etat : notamment le ministère de l'intérieur, l'administration territoriale, la Commission électorale et ses démembrements, la cour constitutionnelle, furent mobilisés outrancièrement pour assurer à ce parti une victoire frauduleuse.
2. Suite au hold up électoral au niveau des élections communales, dix partis politiques de l'opposition se sont retirés du processus électoral, laissant le parti au pouvoir, avec ses alliés et complices poursuivre seuls une compétition sans péril et sans gloire.
3. Au lieu de tirer les leçons de ce désaveu coûteux mais courageux de la part de l'opposition, le parti au pouvoir s'est complu dans la violence et l'exclusion, fermant de plus en plus et définitivement, l'espace politique à l'opposition : assassinats et torture des opposants, leaders contraints à l'exil, interdiction des réunions et manifestations, lois liberticides, répression et emprisonnement des journalistes et des acteurs de la société civile, etc.
4. En mars 2013, le BNUB a pris l'initiative de réunir en atelier les acteurs politiques en vue de baliser le processus électoral de 2015, mais la feuille de route qui en a résulté, abandonnée au bon vouloir du gouvernement, n'a permis ni de créer un climat apaisé de confiance mutuelle, ni de réparer les distorsions dénoncées depuis des mois par l'opposition. A part quelques mesures positives telles que le bulletin unique, et quelques réformettes du code électoral, aucune mesure de fond, permettant de garantir des élections crédibles, n'a été obtenue.
5. La même Commission électorale, qui avait failli en 2010, a été reconduite et les membres de ses démembrements locaux furent désignées de façon si déséquilibrée au profit de parti présidentiel, que certains partis et membres de la société civile s'en sont retirés pour ne pas cautionner l'imposture. Les listes électorales ont été falsifiées, avec des doublons et des inscriptions de mineurs. Un spécialiste en fraude informatique a été engagé pour assurer une victoire au CNDD-FDD.
6. Découragés et effrayés, les électeurs ont été lents et rares à se faire inscrire, au point que la CENI a dû prolonger les délais.
7. Au niveau de la sécurité, les milices Imbonerakure ont accéléré leurs entraînements, ont été doté d'armes de guerre et ont intensifié la terreur et les intimidations. Aujourd'hui, plus de 12.000 burundais ont pris le chemin de l'exil, fuyant la terreur de ces milices, qui promettent les pires châtiments à qui ne votera pas pour le parti au pouvoir.
8. Les partis délibérément divisés par le pouvoir, à travers des congrès illégaux, n'ont pas retrouvé leur leadership légal et légitime.
9. A l'approche des élections de 2015, une polémique a vu le jour autour de la possible candidature du Président Nkurunziza pour postuler un troisième mandat. Le CNDD, en lisant l'article 96 de la constitution de la République du Burundi, qui stipule que « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois » ; et l'article 302, alinéa 1 qui dispose que « A titre exceptionnel, le premier Président de la République de la période post-transition est élu par l'Assemblée Nationale et le Sénat élus réunis en Congrès, à la majorité des deux tiers des membres. Si cette majorité n'est pas obtenue aux deux premiers tours, il est procédé immédiatement à d'autres tours jusqu'à ce qu'un candidat obtienne le suffrage égal aux deux tiers des membres du Parlement», comprend que l'exception apportée par l'article 302 ne concerne pas le nombre de mandats autorisé, mais seulement le mode d'élection du premier président post-transition. Si la même exception concernait le nombre de mandat, cela aurait été précisé et ce n'est pas le cas.
10. La communauté internationale, faisant cette même juste lecture de la constitution a entrepris d'appeler le Président Nkurunziza, candidat potentiel à ce 3ème mandat querellé, à la retenue, pour éviter au Burundi de graves risques de violence.
11. Des manifestations contre le 3ème mandat, initiées par la société civile ou les partis politiques d'opposition, appuyés par certains dissidents du parti au pouvoir, ont été réprimées et des manifestants emprisonnés sous le prétexte fallacieux d'insurrection.
12. Lisant avec sérieux le climat actuel de tensions et ses conséquences probables, certaines chancelleries ont recommandé à leurs ressortissants de quitter le pays avant le milieu du mois d'avril et à leurs employés de rester chez eux jusqu'à nouvel ordre.
13. Malgré ce climat peu propice à la tenue d'élections impartiales, pacifiques et transparentes, certains partis politiques ont jugé, soit par fatigue ou résignation, soit par inadvertance ou excès d'optimisme, qu'ils pouvaient aller en compétition et considérer que les fraudes à craindre seront circonscrites dans les limites acceptables.
14. De même, l'Union européenne a jugé bon de dépêcher sur place 80 observateurs. A ce sujet, un accord a été signé entre Patrick Spirlet, le chef de la délégation de l'union européenne et le ministre burundais des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale, Laurent Kavakure.

II. Position du CNDD

Tirant toutes les conséquences logiques de ces faits :

1. Le CNDD considère qu'aucune élection crédible n'est possible dans les conditions actuelles, avec ou sans Pierre Nkurunziza comme candidat.
2. Le CNDD est convaincu que soutenir des élections, au moment où des milliers de citoyens fuient terrorisés, et où des milices armées essaiment les collines pour menacer et intimider les électeurs, c'est faire preuve de laisser-aller et d'une insensibilité coupable.
3. Le CNDD déclare solennellement son opposition à toute élection dans les conditions iniques et de terreur actuelles et prend ses responsabilités devant l'histoire.
4. Le CNDD invite les partis politiques de l'opposition à mesurer toute la gravité de la situation et à boycotter activement ces élections. Aucune logique ne justifie que la situation n'ayant fait qu'empirer depuis 2010, ceux qui ont boycotté en 2010 jugent le moment opportun d'aller aux votes.
5. Le CNDD appelle l'Union européenne à se ressaisir pour ne pas se rendre complice d'un régime de terreur, qui piétine les lois et les libertés et plonge la nation entière dans le désespoir. Il invite tous les observateurs de l'Union européenne à rentrer chez eux car, il n'y a rien de vrai, ni de juste, ni de beau, à observer.
6. Le CNDD réitère son appel à un dialogue inclusif en vue de mettre en place des institutions de transition, chargées de lever toutes les hypothèques à la paix, à la démocratie et au développement.
7. Le CNDD appelle toutes les forces vives à se souder et à se mobiliser pour cette noble cause, en évitant les pièges et les fausses pistes.

Fait à Bujumbura le 25 Avril 2015
Léonard NYANGOMA
Président du CNDD

Les dernières actus


Actualités internationales
Nous, la Dynamique Unitaire Panafricaine (DUP), un regroupement d’une trentaine d'organisations panafricanistes de la diaspora et du continent ...
En savoir plus
Déclarations
Depuis le mois de juin 2021, le gouvernement burundais s’est arrogé le droit de s’adonner à des destructions massives et systématique ...
En savoir plus
Actualités internationales
Excellence, Les militants du CNDD ont appris avec beaucoup de tristesse et stupéfaction la mort de son excellence John Pombe Magufuli , Président ...
En savoir plus
Actualités internationales
Célébrée chaque année le 8 Mars sur le plan international, la Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les manifestations des ...
En savoir plus
Déclarations
Bagumyabanga ba CNDDBagumyabuntu ba FFDNamwe Ntebutsi za JPDBarundi,Barundikazi,Bagenzi mwese, ncuti za CNDD, Ntanguye kubaramutsa n’igishika ...
En savoir plus
Prev Next