samedi, 13 février 2016 19:49 Écrit par  IRIN

Comment la crise politique du Burundi a paralysé son économie.

BUJUMBURA, le 12 Février 2016 (IRIN) - La crise qui a éclaté au Burundi en Avril 2015 suite à la décision de Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat controversé , a déjà fait plus de 400 morts et causé plus de 230.000 personnes ayant fui le pays, selon les NU. Mais il n'y a pas que les citoyens qui ont souffert - l'économie est dans un piteux état.
Alexandre Nyabenda exerce comme commerçant dans une boutique de Cibitoke, l'un des soi-disant «quartiers contestataires» de la capitale Bujumbura, qui sont en réalité seulement des bastions de l'opposition à Nkurunziza et qui ont connu la plus importante agitation politique.


Nyabenda, qui y travaille depuis les six dernières années, a dit à IRIN que le commerce avait vraiment souffert en raison de l'instabilité.
"Avant la crise ... Je pouvais faire un chiffre d'affaire d'environ 120.000 francs ($ 76 dollars) de recettes par jour," a-t-il dit. "Depuis Avril 2015, même pour obtenir 40.000 francs (25 $) par jour est un véritable combat."
La chute est expliquée par le fait que de nombreux clients ont fui le pays, le Burundi ayant sombré dans la violence. Ceux qui sont restés ne possèdent pas le même pouvoir d'achat et la quantité de produits vendus a nettement diminué.
«Un père qui achetait deux kilos de riz et deux kilos de haricots chaque jour pour nourrir ses cinq enfants et sa femme achète maintenant seulement un demi-kilo parce que son employé de maison, sa femme et ses enfants ont fui à l'étranger», a expliqué Nyabenda .

"Une grenade a été lancée près de mon restaurant"
Les choses sont encore pires pour Sinkazi Kevin, 32 ans, un vendeur de charbon à Cibitoke qui est tombé pratiquement en faillite en raison de la conjoncture économique difficile.
"Avant cette crise, je vendais au moins 6 à 10 sacs de charbon par jour, mais maintenant je ne vends qu'un seul", a déclaré Kevin IRIN, clairement en colère. "Il n'y a pas d'acheteurs! Les gens ont fui, et les propriétaires de restaurants qui étaient de bons clients potentiels avant sont font péniblement tourner leurs affaires, ou ont même fermé leurs restaurants. "
Micheella Kanyana été contraint de fermer son petit restaurant à Cibitoke, car les troubles et l'insécurité étaient trop graves pour continuer.
"Une grenade a été lancée près de mon restaurant. J'étais déjà effrayée. Ensuite, nos clients, qui étaient les motocyclistes, les conducteurs de taxi moto, ont cessé de venir. Et puis nos fournisseurs de charbon, nos fournisseurs de produits alimentaires avaient trop peur de venir dans notre quartier. Voilà pourquoi j'ai fermé mon restaurant ", a déclaré Kanyana à IRIN.
« J'ai demandé à mes trois employés de rentrer chez eux par crainte de les voir arrêtés ou tués parce qu'ils étaient tous jeunes, » a-t-elle ajouté.
Même la prestigieuse Université du Burundi, le seul établissement d'enseignement supérieur public du pays avec résidence universitaire n'est pas à l'abri de la crise économique. Il a récemment suspendu de fournir le petit déjeuner aux étudiants internes.
"Le prix des haricots est passé de 1.200 francs (76 cents) avant la crise à 1800 francs (1,15 $) aujourd'hui. Le riz est passé de 1.100 francs à 1.700 francs le kilo ", dit Anatole Nzinahora, membre de la direction de l'université, en expliquant que tout simplement ils ne disposent pas actuellement des moyens de nourrir les étudiants trois fois par jour.
Selon lui, la suspension d'un repas du matin permettra à la direction d'au moins nourrir les étudiants, parfois, à une époque où certains des fournisseurs de produits alimentaires de l'école hésitent à livrer.
Les loyers dans les quartiers relativement calmes de Bujumbura ont augmenté en raison de leur stabilité perçue.
«J'ai perdu mon emploi à cause de la crise. Ma femme ne travaille plus, " a dit à IRIN, Jean Marie Ndaruhayinda, propriétaire d'une maison à Gasenyi dans le nord de Bujumbura. "La seule ressource que j'ai est le revenu de location. Parce que ma maison est à Gasenyi (zone calme), j'ai eu à doubler son loyer de 150.000 francs à 300.000 francs par mois ».
Quant à Audace Ndayisaba, le propriétaire d'une maison dans la "zone contestée" de Mutakura, ses locataires ont quitté ses maisons il y a sept mois.
«Je construis de petites maisons pour les locataires," a-t-il dit à IRIN. "Au total, je gagnais facilement un million de francs burundais (637 dollars) par mois de loyer. Maintenant, tous les locataires sont partis ailleurs en raison de la situation sécuritaire. Donc, je n'ai plus rien et je ne trouve même pas un veilleur de nuit pour occuper les locaux en raison de l'insécurité ".

Tableau sombre
Les perspectives de l'économie Burundi ne sont guère bonnes. La croissance annuelle du PIB pour 2015 était -7.2 pour cent, et elle est appelée à tomber plus bas pour 2016, avec l'insécurité, le climat des affaires qui se détériore et les relations tendues avec les bailleurs de fonds qui pèsent sur la trésorerie.
Le budget 2016 montre une baisse des dépenses publiques de plus de 46 pour cent, a déclaré l'économiste Léonce Sinzinkayo au journal Iwacu.
Il a calculé que les recettes ont chuté de 14,3 millions $, avec le déficit budgétaire estimé maintenant à 891 millions $.
Le ralentissement de la production alimentaire et la difficulté à obtenir des produits au marché, est susceptible de voir les prix alimentaires continuer leur ascension.

Par Désiré NIMUBONA
Lire le texte original à l'adresse suivante : http://www.irinnews.org/report/102427/how-burundi-s-political-crisis-has-crippled-its-economy

Les dernières actus


Déclarations
Isabukuru y’imyaka 28 CNDD ishinzwe Bagumyabanga,Barundi, Barundikazi mwese,Ndabaramukije amahoro, iteka n’iterambere! 1. Kuri uyu musi ...
En savoir plus
Nos messages
Muryango usigwa na HAKIZIMANA JEAN BOSCO, Ncuti, Bagenzi, Bavandimwe bacu mwese mukoraniye hano, kuri uno musi w’igenekerezo rya 28/06/2022. ...
En savoir plus
Actualités internationales
  Indignées par les persécutions et harcèlements incessants à l’endroit du Docteur Oumar Mariko, président du parti Solidarité ...
En savoir plus
Déclarations
Bagumyabanga mugize Komite nshingwabikorwa y’Umugambwe CNDD,Bagumyabanga murongoye abandi mu ntara no mu makomineBagumyabanga murongoye umuhari ...
En savoir plus
Communiqués
1. La réunion, tenue dans les enceintes de l’IGAA au quartier Kigobe, Zone Gihosha, commune de Ntahangwa, réunissait les membres du Comité ...
En savoir plus
Prev Next